L’accès à l’information pertinente

Une idée toute simple

Au début de l’année, l’enseignant de secondaire typique de mathématiques aura de 100 à 140 nouveaux élèves. Ces élèves auront un niveau de maîtrise très variable de la matière ainsi qu’une attitude aussi fortement variable.

Le but en tant qu’enseignant, c’est d’estimer rapidement le niveau du groupe ainsi que les élèves qui se démarquent de celui-ci en étant significativement plus forts ou encore significativement plus faibles. Ainsi, nous pouvons mieux cibler nos interventions pour faire de la différenciation pédagogique [1].

Alors, sachant qu’un enseignant a déjà suivi chaque élève pendant toute une année et qu’il a essayé de refléter du mieux qu’il peut sa performance à travers une note, il est alors naturel de penser qu’on donnerait un accès facile aux enseignants à la note précédente de ses élèves?

Et bien non! On ne fait pas ça. Pourquoi? J’essaie encore de saisir les raisons..

Et on dirait que je suis le seul qui trouve que c’est un énorme non-sens.

En effet, beaucoup de ressources ont été investies dans cette information. Elle existe, elle est compilée dans un système informatique et elle a même été utilisée par la direction pour faire la composition des groupes.

Pourquoi ne pas en faire profiter les enseignants? Nous pourrons avoir une idée du rendement scolaire de l’an passé de l’élève. C’est une information très appropriée pour savoir à quoi s’attendre de celui-ci pour le premier mois et mieux cibler nos interventions.

L’effet Pygmalion

En partageant sur un groupe d’enseignants en ligne cette idée toute simple, j’ai même été étonné de voir que certains partageaient la façon de faire actuelle de cacher cette information aux enseignants. L’argument le plus commun était l’effet Pygmalion.

Je résume l’article sur Wikipédia et ce que j’en sais.

Le nom de cet effet provient d’une pièce de théâtre de 1914 intitulée Pygmalion. Elle reprend l’idée de de Pygmalion, dans la mythologie grecque, qui sculpte une statue qui se métamorphose en femme. Dans la pièce de théâtre, l’.idée était de raconter l’histoire d’une pauvre fleuriste qui se métamorphose en aristocrate. Dans cette histoire, la métamorphose se réussit non pas grâce aux actions de cette dernière, mais plutôt grâce au regard des autres à son égard. Donc, sa réussite dépend de la perception des autres sur sa personne.

Ensuite, en 1968, deux psychologues ont eu la bonne idée de faire une expérience sur des rats et des étudiants. Chaque étudiant avait un rat qui lui était attitré et la tâche était de les aider à faire traverser un labyrinthe. Ils ont séparé les étudiants en deux groupes de six.

  • Le premier groupe s’était fait dire que les rats avaient de bonnes chances d’accomplir la tâche.
  • Le second groupe s’était fait dire que les rats avaient de mauvaises chances d’accomplir la tâche.

Qu’est-ce qu’il s’est passé? Sans grande surprise, les rats du premier groupe ont mieux performé. Pourquoi? Les étudiants s’étant fait dire que les rats étaient en capacité de réussir étaient plus motivés à les aider tandis que les étudiants s’étant fait dire que les rats qui avaient de mauvaises chances de réussir n’étaient pas motivés à les aider. [2]

Nous pouvons par la suite transposer l’expérience en enseignement. La perception des enseignants sur les élèves aurait une incidence sur leur réussite. Je suis d’accord.

Par contre, cela ne veut aucunement dire que cet effet est absolu et qu’il faut éviter à tout prix! Il faut penser un peu plus loin. L’enseignant se doit d’être bienveillant face à ses élèves. S’il a une information sur la performance de ses élèves, ce n’est pas pour les figer dans leur potentiel, mais pour mieux les faire progresser selon leur niveau!

Il faut ne pas avoir confiance à ses collègues pour croire qu’il faille nous enlever le choix de s’exposer à une information ou non. D’ailleurs l’effet Pygmalion n’est pas un bon argument pour cacher l’information aux enseignants parce qu’il finira lui-même à avoir de l’information sur le rendement scolaire des élèves…

Bref, que l’information soit disponible de façon tôt que tard pour cadrer rapidement ceux qui ont besoin d’aide…!

Test diagnostic

On me parle alors de faire des tests diagnostiques. Évidemment. Ils sont à faire puisque nous nous devons sans cesse d’évaluer les élèves… Un n’empêche pas l’autre.

Mais en début d’année avec le peu d’informations que j’ai, je préfère avoir comme mesure de rendement scolaire une information qui résume l’évaluation durant toute une année d’un élève. Accueillir les élèves avec un test diagnostic, je trouve ça bof.

Ma prochaine étape

Je crois que je n’ai d’autres choix d’accepter les choses telles qu’elles sont pour le moment. J’ai fait des demandes pour avoir l’information, mais elles m’ont été refusées (à moins, bien sûr, que j’aille chercher dans le dossier papier de chaque élève… Ce qui équivaut à me faire payer 8h de temps pour avoir l’information)… J’espère sensibiliser des gens face à ce non sens. Les gens choisissent leurs batailles évidemment, mais mettre au jour les aberrations est une étape vers le changement….

Note: J’avais prévu un billet un peu plus développé. Cependant, il traîne dans mes brouillons depuis un peu trop longtemps. J’ai alors écrit la fin un peu rapidement. Peut-être je le peaufinerai avec le temps...

Notes de bas de page

[1] J’avoue que j’écris le terme différenciation pédagogique avec une certaine répulsion.

L’idée est que l’enseignant réussisse à stimuler tous les élèves en trouvant une façon de s’adapter à tous ceux-ci pour les stimuler intellectuellement selon leurs préférences. Cela s’apparente à une lubie selon moi avec la charge de travail qu’on a, mais encore là, ça mériterait un article à-lui-même.

À mon avis, ce qui arrive c’est que nous nous concentrons sur le groupe en général et après sur les élèves qui sont proches de réussir. Tant pis pour les élèves qui sont doués ou encore pour ceux pour qui on a aucune traction.

[2] J’avoue que je prends une liberté de reformulation. On se plaît à dire que c’est plutôt à cause de la perception des étudiants sur les rats, mais mon avis est qu’on devrait plutôt réfléchir plutôt sur la motivation de ceux-ci.

L’accès à l’information pertinente

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s